Ecologie intégrale

  • -

Ecologie intégrale

Le pape François n’est pas vert. Il est chrétien. Il n’est même pas écologiste. Il est catholique. La publication de l’encyclique Laudato si’ sur la «sauvegarde de la maison commune», tant attendue en cette année décisive pour le climat, est un événement, mais pas forcément celui qu’on croit. Les observateurs attentifs savent bien en effet que, de la Genèse à l’Apocalypse, des Psaumes à sainte Hildegarde de Bingen, de l’arche de Noé au Cantique des créatures, la question écologique n’a jamais été ignorée par la tradition chrétienne. François lui-même s’inscrit dans les pas de ses prédécesseurs: Paul VI parlant d’une «exploitation inconsidérée de la nature», Jean-Paul II d’une «écologie humaine authentique», enfin, Benoît XVI du «livre de la nature unique et indivisible».

Les observateurs attentifs savent bien en effet que, de la Genèse à l’Apocalypse, des Psaumes à sainte Hildegarde de Bingen, de l’arche de Noé au Cantique des créatures, la question écologique n’a jamais été ignorée par la tradition chrétienne.
. Dénonçant «le mythe moderne du progrès matériel sans limite», il affirme que «la meilleure manière de mettre l’être humain à sa place, et de mettre fin à ses prétentions de dominer la terre, c’est de proposer la figure d’un Père créateur et unique maître du monde, parce qu’autrement l’être humain aura toujours tendance à vouloir imposer à la réalité ses propres lois et intérêts». La vérité, c’est que le Pape n’est pas l’apôtre de Gaïa, mais du Christ.

 


Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Yepp! Si vous voulez nous contacter