Notre-Dame de Paris nous crie la souffrance de notre civilisation

  • -

Notre-Dame de Paris nous crie la souffrance de notre civilisation

Notre-Dame de Paris martyrisée par le feu, notre cœur souffre, et c’est un grand symbole qui nous crie la souffrance de notre société tout entière. Entendrons-nous?

Depuis lundi, j’écoute les uns et les autres utiliser à nouveau ce mot ancien de “symbole” à propos de la cathédrale de l’île de la Cité: “symbole de la Chrétienté”, “symbole de la France”, “symbole de tout ce qui nous unit”, “notre cathédrale commune”, etc. Curieux de voir comment, dans ce type de moment, nous nous rappelons soudain qui nous sommes et d’où nous venons. Curieux que le vieux fond religieux de notre pays revienne ainsi affleurer si spontanément à la surface de nos consciences, à moitié assumé seulement, et comme si nous n’avions rien oublié… Et pourtant c’est bien étrangement cet oubli qui me frappe en cet instant même où tout le monde ou presque n’a plus que ce mot de symbole à la bouche. 

Le feu de la cathédrale ne nous a pas rappelé notre “maison commune”, il nous a rappelé notre destruction de la maison commune, et il nous a appelé à prendre enfin la résolution de sa reconstruction

La destruction par le feu a toujours correspondu dans notre histoire au martyr des innocents –brûlés pour hérésie, brûlés par l’obscurantisme, brûlés par temps d’infamie et de malheur.  Et si l’on veut aller plus loin, considérons ce dont Jésus-Christ lui-même au centre de la cathédrale a toujours été le symbole, au sens le plus puissant du terme. J’ai grand scrupule à le rappeler, moi le philosophe français musulman, à ma nation de culture chrétienne. Mais comme personne, ces jours-ci, ne semble décidé à convoquer ce souvenir, je m’y résous. Le Christ a souffert pour racheter les péchés du monde. Son martyr sur ce bûcher de clous et d’épines que fut la Croix symbolise, c’est-à-dire exprime, l’amour par lequel il prend sur lui le mal et la souffrance de l’humanité. Or qu’est-ce qui caractérise le plus terriblement notre société actuelle, notre civilisation actuelle, si ce n’est justement la souffrance? La souffrance de la nature mise en danger de mort par notre folie. La souffrance de la misère, des migrations, des haines, causée par la même folie d’un monde livré à l’Argent

Mais dans le fond nous refusons le symbole. Nous ne voulons plus comprendre. Nous ne voulons plus entendre. Nous ne tolérons plus d’être contredits -nous qui a priori sommes si démocrates. Surtout, nous ne voulons plus que tout ce que le symbole nous dit nous renvoie à nous-mêmes. Naguère encore, lorsqu’un tel événement tragique se produisait, la bonne âme s’écriait “Seigneur, qu’est-ce qui nous arrive?”. Par ce simple “nous”, elle exprimait la conscience que ce type d’événement est quelque chose dont nous ne sommes pas simplement les spectateurs horrifiés: il vient nous parler de nous-mêmes, il nous renvoie à nous-mêmes, il nous parle de l’état du monde et de la responsabilité que nous en portons. Si j’étais Zola, je dirais: il nous accuse. 

Mais de grâce si nous voulons parler symbole, allons jusqu’au bout de l’affaire. Arrêtons de refouler encore et encore ce que nous ne voulons pas regarder en face: notre responsabilité terrible dans la dévastation de la planète et des sociétés par un libéralisme devenu complètement fou et hégémonique; cette destruction généralisée de tous nos liens avec la nature, avec l’autre, avec nous-mêmes, que nous sommes incapables d’enrayer et qui nous conduit à la catastrophe. Nous détruisons tout ce qui nous est vital et commun. Le feu de la cathédrale ne nous a pas rappelé notre “maison commune”, il nous a rappelé notre destruction de la maison commune, et il nous a appelé à prendre enfin la résolution de sa reconstruction. Voilà ce que le Christ et Marie nous ont crié. Ils nous ont prié, par leur martyr renouvelé, de réagir tant qu’il en est encore temps

Article en partie tiré du HUFFPOST, le Blog du Jour. Auteur :Abdennour Bidar Philosophe, Président de l’association Fraternité Générale


Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Yepp! Si vous voulez nous contacter